Dégagisme

Les primaires de droite puis de gauche en 2017 ont parfaitement illustré la tendance au dégagisme qui touche la politique française.

Le dégagisme est-elle la nouvelle tendance forte de la politique moderne ? Pour le savoir, revenons sur les primaires à la présidentielle 2017.

Mélenchon et le dégagisme

JL Mélenchon Crédit : Pierre-Selim

On croyait en effet que l’ancien président Nicolas Sarkosy et l’expérimenté Allain Juppé se disputeraient la place de représentant des républicains pour la présidentielle 2017. C’est finalement François Fillon qui est sorti vainqueur des primaires de la droite.

On pensait que Manuel Valls allait survoler la primaire de la gauche après le forfait de François Hollande. C’est finalement Benoit Hamon qui s’est imposé.

Les électeurs ont manifesté leur rejet des cadors de la politique. Ils ont plébiscité l’homme de l’ombre de Nicolas Sarkosy durant son mandant présidentiel d’un côté. Et de l’autre, ils ont choisi un outsider auquel personne n’aurait accordé une chance.

Pour illustrer cette tendance, Jean-Luc Mélenchon a inventé un nouveau mot : Le dégagisme ! Ce mot est clairement basé sur le verbe « dégager ». Puis a été ajouté le suffixe « isme » qui sert à désigner un courant de pensée, un dogme ou encore une doctrine.

Le mot dégagisme désigne donc la tendance à rejeter les hommes politiques en place. Il correspond à un plébiscite des nouveaux venus, apportant nouvelles idées et nouveaux espoirs pour un électorat désenchanté.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.