Manspreading

Le Manspreading est un phénomène rencontré dans les transports en commun et qui suscite de vives réactions.

Ceux ou celles qui prennent le métro régulièrement ont sans doute, au moins une fois, été confrontés au phénomène du Manspreading.

Bien que décrit principalement dans le métro, le manspreading se rencontre dans tous les lieux où vous pouvez être assis à coté de quelqu’un dans un espace restreint. On pensera au bus, au train, à l’avion voire même aux bancs publics ou dans une salle d’attente.

manspreading dans le métro

Crédit: Peter Isotalo

Manspreading vient de l’anglais. Normalement, pas besoin d’être bilingue pour savoir que « man » signifie « homme ». Par contre le terme « spread » est déjà moins évident. Il signifie « écarter » ou encore « étaler ».

On pourra alors traduire Manspreading par « homme s’étalant » ou « homme écartant [les jambes] ». Car c’est bien de l’attitude des hommes assis nonchalamment dont il s’agit. L’attitude qui consiste à écarter les jambes en position assise et à empiéter largement sur les places d’à coté. De sorte que les autres personnes doivent se recroqueviller dans un espace limité.

Pourtant la gène sur autrui provoquée par cette attitude n’est pas nouvelle. Déjà au XIXe siècle, des campagnes pour sensibiliser les hommes au désagrément engendré sur leurs voisins par des jambes écartés étaient lancées dans les bus.

Mais aujourd’hui cette attitude est augmentée par l’utilisation de smartphones. Ainsi, pour pianoter sur son téléphone, il est pratique de le positionner au niveau de ses cuisses. Pour cela il est commode d’écarter les cuisses (voir la photo). Ceci amplifie le phénomène du manspreading !

Alors que la France semble découvrir le phénomène, d’autres pays ont déjà saisi la gravité de la situation. Aux États-Unis, le métro de New-York diffuse des affiches « Stop the spread, please » depuis plusieurs années. Cette année, c’est le métro de Madrid qui a décidé de diffuser des messages pour que les hommes cessent d’écarter les cuisses en étant assis dans le métro.

Mais, étant donné les réticentes exprimées par certains hommes sur les réseaux sociaux, il est fort à parier que la lutte contre le manspreading s’arrêtera pas demain !